la respiration ou le souffle en yoga

L’être humain peut vivre plusieurs jours sans nourriture ni eau mais ne peut pas survivre sans respirer. Sans oxygène l’homme ainsi que tout être possédant un système pulmonaire ne peut vivre pas plus que quelques minutes. La respiration joue donc un rôle essentiel dans le maintien des fonctions vitales de notre organisme.

Les exercices de respiration que nous pratiquons en yoga qu’on appelle prānāyāmaapportent une solution efficace pour optimiser les échanges gazeux et l’oxygénation des cellules, en particulier celles du cerveau.

Ils permettent également de se recharger en énergie vitale (prāna) et d’augmenter l’énergie que nous avons en nous-même, cela permet d’accroître considérablement le potentiel énergétique.

La respiration est un geste naturel, elle nous accompagne toute notre vie depuis notre première inspiration à la naissance jusqu’au dernier souffle de notre vie.

Ce geste respiratoire si intime à notre vie nous est souvent inconnu car est moins important que les autres gestes de la vie comme marcher, manger, parle. En physiologie cette respiration est liée aux  fonctions neuro-végétatives de notre système nerveux. Ce système neuro-végétatif va permettre de faire fonctionner nos organes de façon inconsciente comme la digestion, la vascularisation ou le rythme cardiaque. A noter que c’est la seule fonction neuro-végétative dont nous avons conscience. On peut donc agir sur les inspirations, les expirations mais aussi sur les rétentions de l’air poumons pleins ou vides.

D’une manière générale les gens ont peu conscience de leur respiration car ce mouvement du flux de l’air dans les poumons se fait automatiquement sans qu’on s’en rende compte sauf en cas de nécessité absolue comme un effort physique intense ou une forte émotion.

Nous sommes les seuls êtres sur terre qui avont la capacité à modifier notre respiration de façon consciente.

En yoga, mettre en place une respiration consciente va donner un sens au cours. Cette respiration sera en adéquation avec le cours et les postures proposées. Ainsi, les postures pourront être faites avec plus d’aisance et par conséquence le bien-être et la détente va s’installer. Le corps est assez facile à apprivoiser comme d’ailleurs la respiration mais le mental est très retissant à faire modifier la respiration car des facteurs psychologiques entrent en compte de manière plus importante qu’avec le corps. Cependant si on arrive à encadrer le mental avec une respiration aisée, on peut alors arriver à calmer le mental.

Au début d’un cours, nous commençons toujours par un moment de prise de conscience de notre respiration ; d’abord conscience de la respiration naturelle celle qui s’opère naturellement tout au long de la journée d’une manière inconsciente. Puis lentement on prend conscience d’une respiration volontaire, on arrive à inspirer et expirer consciemment en faisant travailler le diaphragme. Ce travail sur le diaphragme va permettre de prendre conscience d’une respiration abdominale et thoracique. Il y a différentes manières de respirer. En Yoga de Madras, l’apprentissage de la respiration se fait par une inspiration par le haut de la cage thoracique juste sous les clavicules puis l’inspire se poursuit, la cage s’ouvre, les côtes s’écartent et à la fin de l’inspire le ventre se soulève. Puis quand l’expire se présente, on maintient la sangle abdominal et l’expire se fait jusqu’à n’avoir presque plus d’air dans les poumons. C’est ce qu’on appelle la respiration complète. Celle-ci est aussi appelée respiration yoguique ou respiration des 3 étages (abdomen, poitrine, clavicules) et qui permet d’obtenir un niveau d’oxygénation des cellules obtinal en utilisant les poumons dans leur quasi totalité. Cette façon de respirer devrait être utilisée tout le long du cours et dans toutes les postures. La pratique d’une telle respiration profonde et consciente permet de libérer le plexus solaire de nombreuses tensions nerveuses et émotionnelles et aussi de se recharger en énergie vitale (prāna).

En yoga dans les exercices de respirations appelées Prānāyāma(du mot Prānaforce vitale qui est en nous et qui nous anime et du mot Yāmaallongement du souffle) nous pouvons modifier de manière significative les échanges entre l’oxygène et le gaz carbonique. Ceci va influencer les centres nerveux et agir sur la détente du corps. 

Pour bien comprendre le phénomène en moyenne nous respirons inconsciemment entre 16 à 18 inspires-expires dans une minute. En yoga,  nous allongeons ce souffle pour arriver à 6 ou 8 inspires-expires dans une minute. On va donc prendre moins d’oxygène car la pression en oxygène va diminuer et la pression en gaz carbonique va augmenter. Ceci aura pour effet de calmer les centres nerveux. Dans le livre Hatha Pradipikasur la pratique du yoga, au 2ème chapitre sur la respiration il est dit que maintenant lorsque la posture est fermement établie le yogin prenant une alimentation salutaire et modérée doit se consacrer au Prānāyāmaselon la loi enseignée par son maitre. Lorsque le souffle est agité l’esprit est agité et lorsque le souffle est immobile l’esprit est immobile, le yogin peut alors atteindre le paradis.

Le souffle qui est l’intermédiaire entre le corps et le mental va se modifier selon des critères émotionnels et ainsi donc le mental se pacifie.

Nous avons donc la possibilité de manière volontaire d’expirer, d’inspirer et de retenir notre souffle. On peut ainsi moduler la respiration selon quatre phases; inspiration, rétention du souffle poumons pleins, expiration et rétention du souffle poumon vide. Ces quatre temps sont nommés en Sanskrit Puraka (inspiration active), Rechaka (expiration active),Antar Kumbakha (Suspension poumons pleins) et Bayhia Kumbakha (Suspension Poumons Vides).

On va pouvoir avec les quatre temps donner un rythme et une amplitude à la respiration. Il faut d’abord observer l’amplitude de son souffle et ressentir la détente qu’elle apporte. Puis on peut moduler sur les longueurs des inspirations, des expirations et les rétentions et y ajouter un rythme, une cadence avec des ratios différents.

Si on augmente fortement l’inspiration active, il y aura un effet d’excitation car on apporte trop d’oxygène au corps par contre si on allonge l’expiration active il y aura en effet calmant car on va augmenter le gaz carbonique dans les poumons. Il est donc important que l’expiration active soit toujours plus longue que l’inspiration active. C’est une règle importante à respecter en respiration yoguique. Cependant, il est possible d’allonger l’inspiration mais en augmentant la rétention poumon plein uniquement et non l’inspiration active seule.

L’allongement de l’expiration s’appelle en sanskrit Langhâna et l’allongement de l’inspiration s’appelle Bhrimâna.

Après avoir modifié les amplitudes de la respiration, on peut maintenant modifier le temps en venant ralentir la respiration et y ajouter un rythme ou une cadence. Deux possibilités s’ouvre à nous, avoir un temps égale (Sâma Vritti)ou un temps différent (Visâna Vritti) et y ajouter des ratios différents.

On peut aussi venir travailler la respiration qu’avec une seule narine ou avec les deux.

Vous le voyez bien, il y a ainsi des centaines de possibilités de travailler la respiration, en modifiant l’amplitude, le temps des respirations et sa cadence et enfin venant respirer soit par une narine ou les deux.

Ses multiples techniques qu’il faudra apprivoiser lentement devront etre faite avec l’aide d’une personne qualifiée. Car comme nous avons pu le voir, cela peut apporter des changements non seulement physiologiques mais aussi psychologiques.

Pour être complet parmi les techniques de respiration en yoga, nous avons aussi la possibilité de créer des freinages de la respiration au niveau des cordes vocales ce qui va provoquer un son léger de froissement. La respiration dite ujjâyî (souffle victorieux) va ralentir la respiration en utilisant la gorge. C’est une respiration sonore qu’on réalise en resserrant la glotte au fond de la gorge. Pour ce faire, et bien comprendre la technique, essayez d’expirer par la bouche comme si vous vouliez nettoyer une paire de lunettes puis faites la même chose mais par le nez bouche fermée ou bien prononcer la lettre H par la bouche Hhhhhhh et faire de même bouche fermée.

Pour aller vers ces Prânâyâma, je vous propose donc d’assister au dernier stage de la saison dimanche 16 juin 2019 de 14h à 18h dans notre de pratique à Paris.

2 réflexions sur “la respiration ou le souffle en yoga”

  1. J’ai besoin d’apprendre à mieux respirer pour pouvoir contrôler ma respiration lorsque je fais du sport ou lorsque je fais certaine pratique ou l’émotion est sollicitée.

    Y aura-t-il d’autres sessions?

    Merci

    1. Bonjour, toutes les infos sont sur le site, la rentré se fera lundi 9 septembre. Deux cours de yoga nu pour homme par semaine les lundis à 20h et les mercredis à 19h30.
      Contact moi par mail pour plus d’info
      Au plaisir de te rencontrer 😉
      Daniel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
X
X