Atmajyotis : la lumière du Soi

Lors des stages de cet été, nous avons abordé le sujet du soi qui en sanskrit se dit Atman et qui est défini comme pure conscience d’être ou comme pur « je suis », par opposition à l’égo. C’est l’aboutissement de tout yogi de découvrir ce lien, ce pont entre notre âme universelle Atman avec le divin, l’absolu, la réalité ultime ou brahman. Dans chaque âme brille une lumière qui illumine notre cœur et se reflète dans l’univers. Cette lumière s’appelle jyotis. Alors quelle est cette lumière du soi, atmajyotis ? 

Jyotis décrit la lumière physique comme celui du soleil qui elle, s’oppose à l’obscurité. Mais jyotis apparait aussi sous son aspect spirituel qui elle s’oppose aussi à l’ignorance. Intéresserons nous à l’aspect spirituel de la lumière.

Jyotis est la source lumineuse qui brille dans le corps. Ce mot a d’autres significations comme étoile, corps céleste ou astre. La Bhagavad Gīta dit que parmi les astres, je suis le soleil radieux et parmi les planètes je suis la lune. Dans le chapitre consacré à jyotis, Krishna évoque tous les aspects de la gloire divine : il est la lumière divine pour éclairer le jour et il est la lumière de la lune pour éclairer la nuit. Tous ces aspects sont des façons à nous faire comprendre ce qu’est le brahman car comme je l’ai évoqué en stage, rien ne peut le décrire. Plusieurs upanishad utilisent ce symbole de la lumière jyotis pour nous faire approcher la compréhension du brahman. Dans la Chandogya Upanishad, un chapitre est consacré à l’enseignement du brahman. Cet enseignement est reçu par un jeune chercheur spirituel chargé par son maitre de faire croitre son troupeau. Sur sa route de retour avec son troupeau, ce jeune garçon est instruit de façon imaginée par plusieurs intermédiaires, un taureau, un feu, un cygne et un oiseau plongeur, et chacun lui décrit une partie de brahaman (Cela nous vous rappelle-t-il pas le stage de cet été avec l’histoire des 6 aveugles devant un éléphant ?) L’exemple du cygne est similaire à celui des 6 aveugles. Le cygne qui instruit le jeune homme est ici la nature lumineuse de brahman comme expression du soleil, de la lune, du feu et de l’éclair en tant que lumière, jyotis. Brahman est en quatre parties, le feu, le soleil, la lune et l’éclair. Ce brahman est appelé jyotishmat ; la lumière radieuse et étincelante. Quatre sources lumineuses apparaissent dans ce verset, agni le feu, surya le soleil, chandra la lune et vijut l’éclair. Jyotismat est ce qui émet de la lumière et brahman est la lumière absolue. 

Qu’est-ce qui sert de lumière à l’homme ? c’est le soleil, car c’est à la lumière du soleil que l’homme se tient assis, sort, travaille et revient. Et après le coucher du soleil qu’est-ce qui sert de lumière à l’homme ? C’est à la lumière de la lune car c’est à la lumière de la lune que l’homme se tient assis, sort, travaille et revient. Quand le soleil et la lune sont couchés alors qu’est ce qui sert de lumière à l’homme ? C’est le feu Agni car c’est à la lumière du feu que l’homme se tient assis, sort, travaille et revient. Quand le soleil et la lune sont couchés et le feu éteint, qu’est-ce qui sert de lumière à l’hommes ? C’est la parole Vach car c’est à la lumière de la parole qu’il se tient assis, sort, travaille et revient. En effet, même quand il ne peut distinguer sa propre main dans l’obscurité et si une parole se fait entendre, l’homme parvient à se diriger vers le son. Quand le soleil et la lune sont couchés, le feu éteint et la parole a cessée qu’est-ce qui sert de lumière à l’homme ? C’est le soi ou l’atman car c’est à la lumière du soi qu’il se tient assis, sort, travaille et revient. 

Ainsi à cette question répétitive qu’est-ce qui sert de lumière à l’homme ? Ce sont le soleil, la lune, le feu et la parole. Notons que la parole est lumière car la preuve en est donnée puisque que l’on peut se déplacer dans le noir par une voix qui nous indique le chemin. Mais à la fin, quelle est la lumière qui brille quand toutes les autres sont éteintes ? C’est l’atman ; le soi. Et on arrive alors à cette ultime question, quel est le soi ? Il est cet être infini, cet esprit divin ou « Purucha » qui se reflète dans le corps et l’intellect ; il se trouve au milieu des organes qui est la lumière dans la cavité du cœur. La lumière du soi qui est différente de tout ce qui provient du corps et du cœur, illumine le corps comme le ferait une lumière extérieure qui illuminerai un corps physique. Mais elle illumine aussi nos organes, le mental et l’intelligence depuis l’intérieur de nous-même. Cette lumière est établie dans le cœur, elle n’est illuminée par rien d’autre, elle est le soi ; le Brahamn. 

De l’obscurité conduit moi à la lumière.

Tamaso Mā Jyotirgamaya

तमसो मा ज्योतिर्गमय

Retour haut de page
X
X