La voie des mantra मन्त्र – deuxième article

Un mantra est une formule condensée formée d’une ou plusieurs syllabes répétées sans cesse avec un certain rythme dans un exercice de méditation ou rites religieux. Depuis la nuit des temps les mantra ont étés un support pour connaître l’état de vibration du corps en résonance avec celui du monde. Le mantra est basé sur le pouvoir du son et de sa résonance afin de pouvoir modifier l’état de conscience du pratiquant. On peut lire dans le yoga sûtra de Patañjali au chapitre IV, sûtra 1 : « les pouvoirs supranormaux de la pensée peuvent être le résultat de la naissance de drogues, de l’ascèse, de mantra et de la contemplation du divin ».

Le mot mantra est composé par sa racine man qui évoque l’acte de penser et par son suffixe tra l’idée d’instrument (instrument de la pensée). Le mantra devient alors cette puissance sous forme de son; cette énergie consciente à laquelle les dieux eux-mêmes sont contraints d’obéir car chaque mantra est lié au nom d’une divinité spécifique. Pour qu’un mantra soit efficace et puisse toucher l’âme du pratiquant au plus profond de ses cellules, la technique la plus utilisée est la répétition ou japa en sanskrit. Cette répétition doit être d’abord verbale (Baikhari) puis murmurée de façon inaudible (Upanshu) et enfin au stade ultime purement mental (Manasik). Le nombre de répétitions varie de 12 à 21 à 108 et peut atteindre des proportions prodigieuses (jusqu’à 32 000 répétitions).

Au stade purement mental, le mantra pénétre le corps de façon consciente et va même continuer à être pénétrant pendant le sommeil. Pour commencer la pratique d’un mantra, il est important que la posture soit la plus confortable possible. On peut être assis dos droit sur une chaise sans poser le dos sur le dossier ou assis au sol soit en tailleur ou tout autre posture confortable, le dos doit droit sans être tendu en laissant les courbures naturelles de la colonne vertébrale. Ceci a pour objet de libérer les énergies le long de la colonne vertébrale à partir de la base où se trouve le chakra racine (Mūlādhāra chakra) jusqu’au sommet de la tête (sahasrāra chakra). La répétition de mantra peut aussi se faire lors d’exercices en mouvement, par exemple pendant la salutation au soleil, on répéte un mantra à chacune des douze postures.

Le nombre de mantra est indéfini, il existe autant de mantra qu’il existe d’êtres et d’énergies dans l’univers. Chaque mantra est composé de sons uniques qu’on appelle bīja, ces sons sont des graines ou des semences, ce sont des phonèmes monosyllabiques avec une prononciation spécifique ; ces sons uniques sont à la base de la construction de la plupart des mantras hindous bouddhiques ou tantriques.

Le bīja est perçu comme la vibration sonore d’une divinité contenant en germe tous ses pouvoirs. Il est dit que l’univers est né par un premier son originel OM ou AUM. Certains rapprochent ce son originel à la théorie du big-bang. Ce mantra apparaît dans tous les textes sacrés de l’inde. Il représente la vibration première, primordiale et divine à partir de laquelle tout l’univers fut créé. On le retrouve dans d’autres religions comme le christianisme ou le judaïsme par le mot Amen. La répétition de OM est une clé vibratoire qui nous met en harmonie avec la conscience universelle. OM est appelé pranava, le passeur, celui qui méne sur l’autre rive. OM est en vérité composé de quatre syllabes A + U + M + résomption de la vibration dans le silence. La contraction A+U donne la diphtongue O plus la nasal M puis le silence vibratoire.

A représente Brahmâ, expressive dynamique de couleur rouge, l’état de veille, le pouvoir de l’action,

U représente Vishnu l’équilibre sattvique la couleur blanche, l’état de rêve, le pouvoir de la connaissance,

M symbolise Shiva la tendance dissolvante et transformatrice, la couleur noire, l’état de sommeil profond, le pouvoir de la volonté qui transcende le temps l’espace et la causalité.

AUM représente la trimūrti, soit en sanskrit les trois dieux brahmā, vishnou, et shiva symbolisant respectivement la création, la préservation et la destruction et qui est la partie manifeste de la divinité suprême qui se fait triple pour présider l’état de l’univers.

Ce mantra s’insert ensuite dans des milliers d’autres mantra comme le OM Namah Shivâya, OM So’ham, OM Mani Padme Hûm (tibétain) …. et aussi OM Hrîm Klîm Nano Namaha .

Ce dernier sera notre mantra pendant ce mois de janvier 2018 :

Hrîm : représente la Shakti-bīja la déesse énergie de couleur d’or fondu, le pouvoir sur la nature, l’espace et le temps et ouverture du cœur.

Klîm : est le kīma-bīja ou la semence du désir ou Krishna en tant que dieu de l’amour charnel avec monté énergétique le long de la colonne vertébrale.

Namo Salutation, en révérence envers une divinité, un geste d’obédience.

Namaha : répétition de cette même salutation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
X
X